Maurion_guho
Un peu de retard à rattraper dans les notes de ce blog. Voici donc un résumé de ce que vous auriez pu lire en plus détaillé si je n’avais été aussi occupé et/ou fainéant.

– Ai assisté au récital du baryton-basse gallois Bryn Terfel, à la salle Pleyel, le 15 octobre. Singulier Terfel : sérieux quand il chante du Wagner, facétieux quand il interprète Falstaff, respectueux quand il tourne le dos à une majorité du public pour faire face, le temps d’un air à celles et ceux qui sont assis derrière l’orchestre, à la limite du happening militant lorsqu’il fait la sérénade dans la salle avec une rose, alors que Sarkozy est présent dans la salle. A noter aussi une incursion dans le répertoire des musicals avec le Some enchanted evening de Rodgers & Hammerstein (South Pacific). Très drôle aussi les échanges entre le chef d’orchestre, qui ne fait pas 1,60m et le baryton géant (Terfel fait mine à un moment de mettre le chef d’orchestre dans la poche de sa veste). Orchestre très bien, m’a permis de découvrir la fabuleuse ouverture du Tannhaüser de Wagner.

– Vu Souingue Souingue [lire l’article de Regard en coulisse], mise en scène par Laurent Pelly. Avec entre autres Florence Pelly et Fabienne Guyon. Intreprètes nickel, mise en scène très intelligente, mais pas aussi hilarant qu’on s’y attendait.

Torch Song Trilogy (photo) a repris au XXème Théâtre, avec une mise en scène légèrement modifiée et peu ou prou les mêmes comédiens que l’an dernier. J’ai interrogé Thomas Maurion, qui interprète le rôle du jeune David pour tetu.com [lire l’interview] J’ai exprimé ici même quelques réserves sur l’adaptation de cette pièce fabuleuse d’Harvey Fierstein. Au vu des modifications prévues, je pense que mes réserves restent d’actualité, mais ça reste correct et surtout ça reste un putain de texte. A voir si vous ne le connaissez pas.

– A voir dans les jours/semaines qui viennent : Les hors la loi du formidable Alexandre Bonstein au Théâtre Sylvia Monfort le mardi 14 novembre. Une seule représentation. [fiche du spectacle]  Un événement ensuite : le Candide, de Leonard Bernstein (le livret a été maintes fois remanié, a priori la version jouée actuellement est celle de Hugh Wheeler), au Théâtre du Chatelet, à partir du 11 décembre. C’est Anna Christy, que je ne connais pas, qui aura la redoutable tâche de reprendre le célèbre Glitter and be gay (dans ma Radio Broadway par la créatrice du rôle, Barbara Cook). A noter la présence aussi de Lambert Wilson dans le rôle du Dr Pangloss. [fiche du spectacle]. Et encore et toujours, ne manquez pas le Cabaret de Ebb, Kander et Masteroff, revu et corrigé par Sam Mendes aux Folies Bergères. Ce type de spectacle n’est pas encore très courant en France, il faut l’encourager. [le site du musical]