Il ne faut jamais se réjouir du malheur des autres. Une exception pourra sans doute être acceptée dans le cas de Civitas. Le groupuscule intégriste catholique, qui s’est illustré à plusieurs reprises au moment du mariage pour tous par ses prières de rue et ses slogans violemment homophobes, décline inexorablement, en raison d’une fuite des « cerveaux » et d’ennuis avec le fisc.

Lire sur Libération: La chute de la maison Civitas

Tous nos articles sur Civitas