180pxdustyspringfieldabrandnewme
Après avoir sorti en 1969 son mythique Dusty in Memphis, Dusty Springfield se trouve face à un dilemme. Les chansons enregistrées (en partie) à Memphis sont manifestement excellentes à tous points de vue, mais, exception faite du single Son of a preacher man, elles ont été boudées par le public. Comment dès lors concilier populaire et qualité ? D’autant que ses meilleurs song-writers, Carole King et son mari, Burt Bacharach et Hal David ne peuvent plus écrire pour elle, pour des raisons diverses. Pour son nouvel album, elle décide alors de s’entourer d’une paire de jeunes producteurs soul / r’n’b, Gamble et Huff. Leur son est peut-être moins chiadé que celui de Dusty in Memphis, mais il sonnera peut-être plus moderne.  Las, A brand new me ou From Dusty with love, son titre anglais, sera encore plus fraîchement accueilli par le public que son prédecesseur. La critique elle restera dythirambique. Les chansons de A brand new me, toutes composées par Gamble et Huff sont généralement de moins bonne qualité que celles de Memphis. On trouve quand même quelques perles comme la chanson titre, Joe, ou le formidable I wanna be a free girl. Malgré cela, la carrière de Dusty ne se relèvera jamais de ce double échec commercial. Le succès reviendra dans les années 90 avec l’aide des Pet Shop Boys, mais artistiquement elle ne retrouvera pas les sommets de Dusty in Memphis ou A brand new me. Mais ces sommets-là, peu ont été en mesure de les atteindre.

  • I wanna be a free girl, par Dusty Springfield

ps : Dusty a été introduite au Music Hall of Fame anglais il y a quelques jours. Voir l’excellente version de Son of a preacher man par Joss Stone lors de la soirée sur YouTube.